Traitement biologique de la pyrale du buis

Le traitement biologique contre la pyrale du buis

Il est possible d’utiliser un traitement naturel pour se débarrasser de la pyrale du buis.

Bacillus thuringiensis, le principe consiste à le faire absorber par les chenille, lorsqu'il est ingéré par celles-ci il représente un agent pathogène efficace. Il est utilisé à travers le monde comme agent de lutte biologique pour faire face aux divers insectes ravageurs. Quelques heures après son absorption, la chenille ne peut plus s'alimenter et meure dans les jours suivants. Faites appel à un spécialiste afin d'éviter tout risque pour l'environnement ou la santé humaine.

Les trichogrammes, la méthode consiste à diffuser ces micro-hyménoptères sur les buis infesté par la Pyrale du buis, ce sont de minuscules insectes qui se reproduisent en parasitant les œufs des pyrales du buis, dès la ponte, sans attendre les signes de ravages sur les feuilles, ces insectes éliminent la nouvelle génération à venir de pyrale du buis. Il peut être appliqué avec un diffuseur simple sur un arbre ou deux. Pour les grosses infestations répartis sur de large surface, l’utilisation d’un drone peut être nécessaire afin de toucher tous les arbres contaminés.

Favoriser la présence des prédateurs naturels

Plusieurs signes peuvent indiquer une invasion de votre arbre par ce parasite : les feuilles deviennent brunes et sèches, parfois même elles finissent par tomber. Il y a aussi des cocons, des toiles, des fils de soie et des chenilles. Pour éviter que votre buis ne meure faites appel à une entreprise de lutte antiparasitaire pour se débarrasser de ces insectes voraces et nuisibles.

Dans les régions d'origine (Asie), une lutte naturelle a été mise en place car l'espèce n'est pas aussi envahissante que dans les zones d’invasion récente. En Europe, l'espèce est beaucoup plus envahissante et dévastatrice en raison de quasi inexistence des prédateurs ou des régulateurs naturels. Néanmoins, la prédation par le frelon asiatique est observée, lui aussi étant importé d'Asie. C’est dans le sud-ouest que cette prédation est la mieux observée. Il prend des larves plutôt jeunes; mais, en cas de larves indisponibles directement, il est capable de découper leur cachette faite d’un mélange de feuille et de soie, pour en extraire les larves (observé sur les larves mais pas sur les nymphes).

Le moineau domestique pendant la période d'alimentation peut consommer cette chenille à plusieurs reprises si le buis a été peigné qui casse les filaments de soie et facilite la prédation

La mésange bleue peut également attaquer le buis infesté lors de l'alimentation des jeunes poussins